Architektur Studio Roth

Alters- und Pflegeheim "Les Berges du Léman" VD

×Info

CONTEXTE ET DISTRIBUTION DE L‘ESPACE

 

L’ancien hôtel „Les Berges du Léman“ appartient à la première génération des „Grands-Hôtels“ suisses dont il hérite du plan masse, „épais“, et des façades néoclassiques assez strictes et symétriques. Il est édifié à l’est de la ville de Vevey dans un quartier d’habitation. Le bâtiment comme il se présente aujourd’hui résulte d’une construction en plusieurs étapes. La première qui correspond à l’aile ouest est édifiée avant 1867 par l’architecte Philippe Franel (1796-1867), à l’époque l’architecte néoclassique le plus important du canton. Il a aussi construit le premier Grand Hôtel de Vevey, „Les Trois Couronnes“. Vers 1875-1877 l’hôtel prend sa configuration actuelle avec l’édification de l’aile est, de la construction de la rotonde centrale et de l’annexe nord-est abritant la salle à manger. La rotonde à la façade sud est inscrite à l’inventaire depuis 1995. Aujourd’hui la fondation Claire Magnin utilise le bâtiment comme résidence médico-sociale pour personnes âgées. 

La terrasse au sud avec sa belle vue sur le lac Léman et le parc avec ses anciens arbres protegés sont emblématiques du site.     

Le plan du rez-de-chaussée montre des dispositions vastes et généreuses. Sur les longues façades, s’alignent différentes pièces que séparent, au centre de l’édifice, une cour intérieure couverte par une verrière encadrée par des espaces servants (escalier, ascenseur, locaux sanitaires et infrastructure).   

L’entrée se fait au nord; une fois passé le vestibule (sas), le visiteur pénètre dans l’atrium bordé de colonnes et de pilastres. L’accent est porté sur cette pièce centrale éclairée naturellement, le véritable cœur de l’établissement, inspiré par le plan du Grand-Hôtel de Vevey. Le hall s’ouvre vers la cafétéria qui offre une vue sur la terrasse et le lac Léman.  

Le rez-de-chaussée dans la partie ouest est principalement dévolu aux pièces communes tels que gymnastique, animation, physiothérapie, relaxation et coiffeur, ainsi qu’aux locaux pour le personnel, qui se trouve dans une nouvelle aile annexe. La partie est abrite les salles à manger ainsi qu’un local pour la cuisine.  L‘ escalier de secours ne répond pas aux exigences est doit être remplacé.

Le double accès à l’ancienne grande salle à manger par le couloir ainsi que par un vestibule directement en lien avec la nouvelle terrasse, face à la grande salle, permet un usage diversifié de celle-ci comme salle de réunion ou salle de concert.  La salle reprend les caractéristiques des salles à manger des établissement hôteliers en présentant un volume généreusement éclairé, se prolongeant au nord par une sorte d’abside à trois pans. Elle est en communication directe avec le jardin potager à l’est ainsi qu’avec la nouvelle terrasse à l’ouest au moyen des portes-fenêtres.  

Les chambres des unités de soins sont placées désormais aux étages supérieurs, accentuant l’intention de spécialisation fonctionnelle des niveaux.  Aux étages, la cour centrale permet un éclairage des couloirs et, surtout, valorise les espaces communs en leur donnant une forte, ample ambiance. De plus, cette distribution permet une circulation en boucle dans chaque unité de soins pour les personnes âgées en psychiatrie. 

Pour suivre la recommandation de l’ISOS (L’inventaire des sites construits à protéger en Suisse), le présent projet respecte le caractère non bâti de l’environnement du site et propose un volume compact qui s’enrobe au nord du bâtiment existant. Poursuivant l’approche de la symétrie originelle, le nouvel ensemble garde ainsi son caractère originel.  L’extension proposée prend en compte les éléments significatifs du bâtiment principal dans le respect de la typologie existante. L’architecture des façades est inspirée de l’existant et modulée par les éléments appropriés. Ce faisant, la façade se réfère au vieux bâtiment avec ses éléments architecturaux typiques de son époque; les travées délimités par des cordons, les pilastres, les contrastes équilibrés des pleins et des vides, jeux de volumes à peine saillants. Issues d’une écriture contemporaine, la façade de l’extension atteint une expression moderne et modéré par rapport au bâtiment historique.  Les aires extérieures tiennent compte du caractère arboré du parc. Elles acceuillent des équipements de détente et de loisirs, tels que, par exemple, tennis, aire de jeux, bancs le long du nouveau chemin de promenade.

 

EXTENSION ET CONSTRUCTION

Le nouveau bâtiment  est relié au bâtiment existant d’une manière monolithique.

Les plafonds conçus en béton armé assurent, à la manière d’un disque rigide par étage la résistance en flexion.

Le raidissement du bâtiment est assuré par les parois des cages d’escalier, qui sont – lorsque nécessaire - partiellement renforcées par des murs en béton armé. En outre, les disques continus des deux nouvelles ailes du bâtiment assurent une résistance aux  tremblements de terre. La salle à manger existante avec son plafond conservé est comme entourée de murs en béton armé afin de recevoir la charge des étages supérieurs. La structure existante n’est donc pas alourdie.

La façade du rez-de-chaussée est réalisée en construction en dur. Une maçonnerie calorifuge garantie le standard énergétique de „Minergie“. Les étages sont réalisés en construction légère avec des piliers en acier, calorifugés et recouverts d’éléments en béton préfabriqué dissimulant les tuyaux techniques. Pour atteindre le niveau énergétique de Minergie-P-Eco, la citerne existante ne servira plus, donc la démolition de celle-ci est inévitable. La nouvelle calorification sera garantie par une pompe d’eau souterraine ou une calorification durable alternative. 

<>